dimanche 29 novembre 2015

Presse - VOSGES : LES INQUIÉTUDES DU BTP FACE À LA NOUVELLE RÉGION

Lien article actu88 : http://www.actu88.fr/elections-regionales-quel-soutien-au-btp/

 

Lien article Vosges Matin ci-dessous : http://www.vosgesmatin.fr/edition-d-epinal/2015/11/28/nouvelle-region-les-inquietudes-du-btp

 

EPINAL

Le BTP connaît des jours, des semaines et des mois difficiles. La présidente de la fédération départementale, Sylvie Tuaillon l’a rappelé hier devant trois candidats aux prochaines élections régionales. Gérard Cherpion, Jean-Marie Lalandre et Dominique Thomas, que tout oppose sur le plan politique, ont essayé, sans un mot plus haut que l’autre, de répondre aux questions que se posent légitimement les professionnels à quelques encablures de la mise en place de la nouvelle région. Ils ont eu à s’exprimer sur le développement économique de la future région, sur le BTP et enfin sur la formation et l’apprentissage.

Et le CFA d’Arches ?

« C’est le temps de mise en route de cette nouvelle administration qui nous fait peur » , soulignait Sylvie Tuaillon. « Ces réorganisations nous semblent chronophages. » Nous n’entrerons pas dans tous les détails des réponses apportées par les trois invités. D’autant que les travailleurs détachés, les délais de paiement, les marchés, le numérique, l’innovation, des sujets qui touchent de très près les patrons d’entreprise, furent également abordés. Il reste que dans leurs interventions, MM. Cherpion, Lalandre et Thomas tentèrent d’être le plus concret possible.
« On a des difficultés, mais aussi des atouts » , précisa Jean-Marie Lalandre. « Nous devons associer les branches aux décisions » , avança Gérard Cherpion. « Une entreprise qui ferme, c’est un vrai drame humain » , précisa Dominique Thomas.
Si l’ensemble des thèmes concerna évidemment les Vosges, et les entreprises vosgiennes, le CFA d’Arches fit l’objet d’attentions particulières. Parce qu’il constitue le vivier de l’apprentissage. Simplement, ses locaux méritent une réhabilitation complète. « A Arches ou ailleurs » lança jean-Marie Lalandre, « mais il doit rester dans les Vosges. » Un sentiment partagé par Gérard Cherpion lequel préconise « sans retenue aucune de favoriser la solution proposée par la branche. » « Je n’ai pas accès à ce dossier » , concéda Dominique Thomas, « mais le CFA ne doit surtout pas disparaître. »
Cl.G.


Photo actu88
 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire