mardi 24 septembre 2013

Anniversaire de la Libération de Sérocourt

Il y a quelques jours, à l'invitation de Michel Migeot, maire de Serocourt et fidèle parrain des candidatures de Jean Marie Le Pen et Marine le Pen à l'élection présidentielle, plusieurs représentants du bureau départemental des Vosges du Front National se sont rendus à la commémoration de la libération de ce village d'une centaine d'âmes du canton de Lamarche.
 
Après un office religieux, dont l'homélie du prêtre de la paroisse à été dominé par le patriotisme et l'amour de la nation, un dépôt de gerbe au monument aux morts à eu lieu en présence d'une forte délégation de porte drapeaux.
 
Un rassemblement de près de vingt véhicules d'époque de l'armée US était organisé, couronné par la présence d'un char Sherman en parfait état de marche, qui a par ailleurs  participé à la célèbre bataille de Dompaire non loin de là.
 
Un simple passage dans ce village de Serocourt montre bien l'intérêt stratégique que pouvait représenter ce village à partir duquel on a une vision à 180 degrés sur la plaine environnante sur des kilomètres à la ronde.
 
La résistance autour de ce village avait la particularité d'être dirigée par celui que les allemands qualifièrent de "terroriste noir":  Addi Bâ. Ce jeune guinéen est né vers 1916 et a été adopté en France à l'âge de 13 ans. Durant la seconde guerre mondiale il a été affecté au 12ème Régiment des Tirailleurs Sénégalais et  a été capturé dans la Meuse. Après son évasion, il a été recueilli par le maire du village de Tollaincourt, village voisin de Serocourt, et entrera en contact avec la résistance et va créer le premier maquis des Vosges, le maquis de la délivrance. C'est à cette occasion que les allemands le qualifieront de "terroriste noir" . Dénoncé par quelque "collabo" il est exécuté et la nation met près de 60 ans pour enfin lui remettre à titre posthume la Médaille de la Résistance en 2003.
 
Contrairement à Monsieur le Député et messieurs les Conseillers Généraux qui ont quitté les lieux dès le dépôt de gerbe et la photo terminée nous avons profité de cette journée pour rencontrer les maires des communes voisines et parler avec eux des différentes difficultés qu'ils peuvent aujourd'hui rencontrer dans leur mission d'élus ruraux.
 
Au vu de l'intérêt suscité, nous avons convenu de nous revoir pour notamment aborder notre projet et notre vision de la ruralité lors d'une table ronde ou de rencontre individuelles avec ces maires.
 
Le sentiment d'abandon qu'ils ressentent n'est pas admissible, de plus en plus de contraintes s'imposent à leur fonction qui devient de plus en plus délicate à mener. Le Front National refuse et œuvrera pour éviter  que nous nous dirigions vers un abandon de nos campagnes et un reniement de notre ruralité.
 
Dominique Thomas,  Secrétaire Départemental adjoint
Sébastien Brédard, Responsable du canton de Bulgnéville
Pascal Delon,  Responsable du canton de Vittel
Alain Urguette, Responsable du canton de Chatenois




 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire