mercredi 7 décembre 2016

Conférence « Affronter les causes de la crise migratoire » avec Loup Viallet

Le Front National de la Jeunesse des Vosges et son Secrétaire Départemental Sébastien HUMBERT organisaient ce samedi 3 décembre 2016 un apéro-débat au Restaurant La Bergamote à Thaon-les-Vosges avec comme invité Loup VIALLET, Président du Collectif Mer et Francophonie pour aborder le thème "Affronter les causes de la crise migratoire" ; en présence de Jordan GROSSE-CRUCIANI, Secrétaire Départemental du FN Vosges et Conseiller Régional Grand-Est.

Cette conférence avait pour objectif de former nos cadres sur les questions de la politique étrangère du Front National et notamment sur la stratégie à adopter avec les pays francophones, elle a également permis à nos militants et sympathisants de renforcer leurs connaissances à travers un apéro-débat ouvert à tous. Notre invité a livré son analyse de la situation à l'échelle internationale et listé les solutions développées par le Collectif Mer et Francophonie.

Parmi elles, les partenariats souverains, les développements co-profitables et la lutte contre l'immigration de masse ont été exposés, détaillés et illustrés par des exemples concrets. Nos militants ont participé activement au débat à travers un question-réponse constructif pour lequel Loup Viallet a pu rappeler l’importance de la souveraineté des pays francophones et le rayonnement de la France à travers la langue française.

Les travaux du COMEF sont à retrouver sur http://collectifmeretfrancophonie.fr/





lundi 5 décembre 2016

Tractage sur le marché de Raon

Ce Samedi 3 Décembre, des frontistes sont allés tracter pour la campagne de Marine sur le marché de Raon avec un accueil chaleureux malgré le froid.

Dominique Thomas / Emmanuel Burger / Gilles Laurent / Christophe Baum



Question écrite de Marina Do Santos à la Région : avenir de la filière bois et Lycée de Saulxures

Près de 9000 entreprises et plus de 54000 emplois sont liés à la filière bois dans notre Région. La Région comporte près de 2 millions d’hectares de forêts soit les 2/3 de son territoire et après avoir subi une crise, la filière dispose d’une image positive et d’une bonne dynamique malgré de nombreuses difficultés encore. 

En effet, l’export de grumes de feuillus réduit l’approvisionnement des entreprises, les outils de production ne tournent parfois qu’à 50% des capacités pénalisant ainsi la compétitivité de nos scieries et enfin la filière bois fait face à des difficultés de recrutement.

Dans les Vosges plus particulièrement, les scieries nous ont alertées sur cette difficulté à recruter des jeunes formés. Or, après la fusion en janvier 2014 avec le lycée André Malraux à Remiremont, le lycée professionnel de Saulxures connaît à ce jour un manque d’élève en filière bois. Il faut savoir que la formation commune de scierie des lycées André Malraux et de Saulxures est la seule dans le quart nord-Est de la France et qu’elle attire des jeunes de toute la Région notamment alsaciens qui viennent se former dans cette école. En effet, le lycée professionnel de Saulxures possède des machines performantes à commande numérique et la région Lorraine avait même investi près de 200 000€ pour une machine dans cet établissement.

Sur les trois dernières promotions 80% des élèves ont directement trouvé un CDI juste après leur stage, preuve qu’il existe des débouchés et qu’il y a un besoin.
Madame le maire de la commune de Saulxures sur Moselotte est aussi inquiète sur l’avenir de la filière bois et le devenir du Lycée.

Sachant le secteur pérenne, quelles actions comptez-vous prendre pour soutenir la formation dans la filière bois dans la Région et notamment dans les Vosges en sauvegardant et développant le Lycée de Saulxures ?

Enfin, que comptez-vous faire concrètement pour la filière bois dans notre grande Région pour permettre sa dynamisation ?



Presse : Ma Commune Sans Migrants avec Steeve Briois


lundi 28 novembre 2016

Pétition : Soignants à bout de souffle, sauvons notre système de santé !



Des décennies de politiques de santé incohérentes et court-termistes ont plongé le système de santé français dans un abîme qui semble ne pas avoir de fond.
Notre système de santé est au bord de l’implosion et les personnels soignants sont en première ligne, exposés quotidiennement aux insultes, aux violences, à la vétusté et l’obsolescence de leurs outils de travail, sans la reconnaissance qui leur est due pour leur dévotion au service de tous.
Nous soutenons la mobilisation des infirmiers du 8 novembre et considérons leurs revendications légitimes. Avec nous, engagez-vous pour l’amélioration des conditions d’exercice des soignants, une meilleure reconnaissance de leur formation et de leurs pratiques, et une revalorisation du traitement des personnels hospitaliers ainsi que des actes en secteur libéral. La prise en charge des patients ne pourra être améliorée qu’en permettant aux soignants de faire leur travail dans des conditions dignes.

Presse : Dommartin-lès-Remiremont – Le Front National espère s’ancrer dans ses nouveaux bastions

Article de presse : http://remiremontinfo.fr/2016/11/dommartin-remiremont-front-national-espere-sancrer-nouveaux-bastions/

« Nous avons tracté dans la commune de Dommartin Lès Remiremont. Nous avons reçu un excellent accueil de la part de tous les habitants rencontrés lors de cette journée » écrivait Christophe Judas, membre du Front National, sur le site départemental du parti frontiste.

Sans doute pas un hasard. Dans le secteur romarimontain, Dommartin-lès-Remiremont est la commune où le FN obtient ses meilleures scores lors des scrutins nationaux. Ses habitants l’ont placé en tête lors de deux des trois dernières élections présidentielles, en 2002 puis en 2012.
En 2002, Jean-Marie Le Pen avait obtenu 20,31 % des suffrages avec 239 voix. Il avait progressé lors du deuxième tour en recueillant 29 voix de plus avec un score de 21,37 %.
En 2012, le FN a frappé plus fort encore à Dommartin-lès-Remiremont, avec 343 voix pour 25,83 % des suffrages en faveur de Marine Le Pen. Un choix que les habitants n’avaient pas pu confirmer au deuxième tour, leur favorite ayant terminé troisième sur l’ensemble du territoire national.
A quelques mois de la Présidentielle 2017, les militants comme Christophe Judas y croient aujourd’hui plus qu’hier. « Jamais deux sans trois dit l’adage » et ils espèrent ancrer plus encore le parti frontiste dans ses bastions.
Le contexte socio-économique pourrait avoir une influence sur les intentions de vote à la prochaine élection présidentielle.
Dommartin-lès-Remiremont comptait 1 836 habitants en 2010 (source Insee) ; le taux de natalité y est de 10,90 pour mille habitants, inférieur à la moyenne. La densité de sa population, 87,43 habitants/km2, est plus bas que la moyenne du territoire national. Le nombre de personnes immigrées est, quant à lui, de 40, ce qui est plus faible que la moyenne.
Sur le plan de l’emploi, la ville est marquée par un taux de chômage de 7,20%, alors que la moyenne nationale est de 9.08%. D’autres indicateurs économiques donnent une mesure des forces et faiblesses de l’économie locale : le nombre d’entreprises placées en liquidation judiciaire dans cette commune est de 0. La part des foyers fiscaux imposables est de 59,20% ce qui est plus élevé que la moyenne. On n’y trouve aucun foyer redevable de l’ISF, l’impôt sur la fortune.
Autre problématique au coeur des préoccupations en période d’élection présidentielle : l’insécurité. Dans cette ville, le taux de cambriolage est de 4,96 pour mille. Cette valeur est plutôt supérieure à la moyenne nationale. Le taux d’agression est de 4,46 pour mille
Christophe Judas en tractage :